Actualités france: les États-Unis et le Royaume-Uni bombardent les rebelles Houthis au Yémen

, Actualités france: les États-Unis et le Royaume-Uni bombardent les rebelles Houthis au Yémen

Publié le : 12/01/2024 – 17:47

5 minutes

« Des missiles américains frappent des cibles Houthis au Yémen », titre en Une le New York Times : une douzaine de cibles, frappées dans la nuit de jeudi à vendredi 12 janvier par les États-Unis et le Royaume-Uni, avec l’appui de quatre de leurs alliés : l’Australie, les Pays-Bas, le Canada et Bahreïn , qui ont fourni, entre autres, logistique et renseignements.

Jeudi soir, écrit le quotidienle président américain Joe Biden avait prévenu : « nous ne tolérons pas les attaques contre notre personne et nous n’autorisons pas des acteurs hostiles à mettre en péril la liberté de navigation dans une des routes commerciales les plus importantes du monde ». Plus de 2 000 bateaux ont été obligés de changer de route pour éviter la mer Rouge et les missiles que les rebelles Houthis disent lancer en soutien aux Palestiniens dans la bande de Gaza.

Le président américain Joe Biden avait parlé avec son équipe de sécurité nationale dès le 1ᵉʳ janvier, mais il a attendu plus d’une semaine pour mener ces frappes, « ce qui cadre bien », écrit Politique« avec son désir bien connu d’épuiser toutes les possibilités diplomatiques et d’éviter d’entraîner les États-Unis dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient ». En tout cas, titre USA aujourd’huil’attaque de la nuit dernière est une « escalade majeure dans le conflit au Moyen-Orient ». Un groupe de démocrates progressistes, écrit Politiqueà d’ailleurs « étrillé » Joe Biden pour avoir lancé ces « frappes punitives » sans l’approbation du Congrès. Certains républicains ont, eux aussi, évoqué l’administration Biden, mais en disant que ces frappes auraient dû avoir lieu il ya déjà longtemps.

Le Noticiero de retour en Équateur

En Équateur, le journal Le Noticiero de TC Television est de retour, c’est à lire dans Métro Équateur. Le studio, situé dans la région de Guayaquil, dans le sud-ouest du pays, avait été pris d’assaut par une bande lourdement armée, qui avait pris en otage l’équipe du journal avant d’être maîtrisée. Depuis, sur la chaîne, un message disait : « nous serons vite de retour ». Ce jeudi, en reprenant l’antenne, la présentatrice Saskia Bermeo, très émue, a remercié les forces de sécurité qui ont secouru son équipe : « El Noticiero est de retour dans l’espace où l’on voulait nous faire taire. Nous sommes de retour avec encore plus de force et plus d’engagement envers les personnes qui se réveillent avec nous pour nous engager et construire un meilleur Équateur. »

Les 13 attaquants, dont deux adolescents, sont accusés de terrorisme, écrit Le Télégraphe. Ils ont été placés en détention préventive, comme quinze autres personnes accusées d’avoir attaqué la police et les gardiens d’un centre de réhabilitation sociale. Le quotidien rappelle que les personnes reconnues coupables de terrorisme risquent de 10 à 13 ans de prison en Équateur. Un chauffeur et un garde, qui avaient aidé des gens pendant les violences qui ont déchiré Guayaquil, ont, elles, été décorées. Guayaquil où, écrit L’Univers, 600 policiers recherchaient ce jeudi 24 membres de la bande des Tiguerones, dans le nord-ouest de la ville – les Tigerones sont l’un des 21 gangs que le gouvernement considère comme des terroristes. Parallèlement, l’Équateur, écrit Vistazo, a accepté l’aide offerte par les États-Unis et l’Argentine pour faire face à la vague de violence. « Nous avons besoin de soldats et d’assistance pour le renseignement, l’artillerie et l’équipement », a indiqué le président Daniel Noboa, qui a souligné travailler avec 38 pays.

Reprise du dialogue entre Haïti et la République Dominicaine

Haïti et la République dominicaine reprennent le dialogue sur leur différend frontalier, la construction d’un canal par des Haïtiens sur la rivière Massacre, partagée par les deux pays, « après deux mois de relations très tendues et de silence », écrit Le Nouvelliste. Les pourparlers avaient été interrompus en septembre dernier, après la décision de Saint-Domingue de fermer toutes ses frontières avec Haïti.

L’annonce de cette reprise du dialogue a été faite ce jeudi par le ministère dominicain des Affaires étrangères, écrit Les Caraïbesdans un communiqué de presse : le ministre a rencontré son homologue haïtien à Washington les 9 et 10 janvier, chacun accompagné de sa délégation, au siège de l’OEA, l’Organisation des États Américains. Journal Libre note quand même que l’on ne connaît pas la date de la prochaine réunion. En tout cas, El Dia rapport que les deux pays « se sont mis d’accord pour réaliser une étude technique, avec l’aide d’une organisation internationale qualifiée, et déterminer la réalité hydrologique, environnementale et sociale du bassin de la rivière ». Les discussions ont également porté sur la migration, le commerce et la sécurité transfrontalière, « « de manière constructive», a précisé la chancellerie haïtienne. », écrit Le Nouvelliste.

Haïti, 14 ans après le séisme

« 12 janvier 2010 : entre histoires, mémoire et patrimoine ! », titre Le National. La date « est depuis inscrit dans l’agenda officiel et national », mais, dans AlterPressel’ingénieur-géologue Claude Preptit dénonce une « vulnérabilité accumulée d’Haïti » 14 ans après le séisme : « les nombreuses recommandations sur les comportements à adopter, les modes appropriés pour construire les maisons et les bâtiments publics, la cartographie sismique du pays, ne sont toujours pas mises en application ». Et le scientifique de fustiger « l’attitude des institutions qui n’ont jamais pris les mesures nécessaires pour faire le suivi de ces travaux de recherche, pour la réalisation dont les fortes sont d’argent ont été déboursées ».

Le séisme de 2010 à fait, rappelle AlterPresse, « plus de 280 000 morts, 300 000 blessés, et 1,3 million de sans-abris dans la capitale Port-au-Prince, dans la zone des Palmes (Léogânes, Grand-Goâve, Petit-Goâve) et dans la ville de Jacmel (département du Sud-Est) », selon l’ONU. Le National une cette phrase terrible : « Face aux violences urbaines qui illustrent les pages de notre histoire, la catastrophe humaine en cours semble vouloir rattraper ou même dépasser le bilan de cette terrible catastrophe naturelle. ».

Ouvrages sur un propos analogue:

La documentation/Bibliographie.,Lien sur la description .

Photographie/Personnalités/M.,Présentation de l’ouvrage.

Une révolution sous nos yeux.,sur ce lien la fiche descriptive. Ouvrage de référence.

Vous aimerez aussi...